jeudi 5 mars 2009

Jeunesse oblige !


.


Jean-Pierre CANO est né à Meknès le 07 Septembre 1948. Il est, jeune garçon, fasciné par les avions qu’il découvre grâce à l'école des pilotes de chasse toute proche et déjà animé d'une vocation qui ne faiblira jamais.

Après ses études secondaires, il réalise son rêve en s’engageant dans l'Armée de l'Air et en rejoignant en 1969 la Base école d'Aulnat.

Ayant, sans difficulté, subi son entraînement au pilotage de base, Jean-Pierre rejoint l'école de Chasse de Tours en 1970 et y obtient le 13 mai 1971 le brevet de pilote de chasse. Il effectue ensuite des stages de perfectionnement à la 8ème escadre de Cazaux et à la 7ème escadre à Nancy avant de rejoindre en Juin 1972 son unité, l'escadron de chasse 2/13 Alpes à Colmar-Meyenheim.

Durant deux années, Jean-Pierre progresse, sans difficulté, dans la connaissance et dans la maîtrise du Mirage III E jusqu'à voir sa maturité consacrée par l'obtention de la licence de Sous Chef de patrouille.

Le 24 Juin 1974 à 10 h 20 du matin, Jean-Pierre décollait avec un équipier pour une mission de navigation basse altitude et, quelques minutes plus tard, trouvait la mort dans un accident qui nous a tous bouleversé.

Jean-Pierre, tu as donné ta jeunesse à ta passion, tu nous as quitté trop tôt ! .
.
.
L'Escadron de Chasse Tout Temps 2/13 "Alpes" est officiellement créé le 1er octobre 1956 à Colmar-Meyenheim, mais sa mise sur pied effective n'aura lieu que le 1er mai 1957.Cet escadron adopte pour insigne le chevalier Bayard qu'il applique sur ses F-86K et, en juin 1966, sa devise "jeunesse oblige".
En mai 1962, l'escadron est transformé sur le nouveau chasseur Mach 2 de Dassault: le Mirage IIIC.
A peine les pilotes ont-ils eu le temps de s'habituer à leur nouvelle monture qu'ils doivent en changer à nouveau. Le 2/13 est en effet le premier escadron de l'Armée de l'Air à goûter aux plaisirs du Mirage IIIE en janvier 1965.
Début 1977, le 3/3 "Ardennes" de Nancy libère ses Mirage 5F lorsqu'il est transformé sur Jaguar. Ceux-ci trouveront une nouvelle affectation au sein du "Alpes" à partir du 31 mars 1977.
En février 1992, l'escadron met en œuvre quelques Mirage IIIBE. Basés à Colmar depuis le 27 juin 1986, ils étaient confiés au 1/13 "Artois". Celui-ci a du s'en séparer lors de sa transformation sur Mirage F.1CT en second semestre 1992.
Avec le retrait des dernier Mirage III/5 de l'Armée de l'Air, l' EC 2/13 "Alpes" sera dissout le 2 juin 1994.







14 commentaires:

  1. Tous ceux qui l'ont connu sont invités à apporter leur témoignage, des anecdotes, à me faire parvenir des photos, etc

    adresse spa83@orange.fr

    Merci

    RépondreSupprimer
  2. Merci de cette initiative qui fait chaud au coeur.
    Pour le frère que je suis, il est important de savoir que JP était suffisament apprécié pour qu'on ne l'oubli pas.
    Merci.
    Michel Cano

    RépondreSupprimer
  3. Depuis la création de ce blog, je me suis retrouvée muette. Mais bon, il était temps que je me mette à écrire. je suis la fille de JP j'ai 34 ans. Au mois de Février 2009, je reçois une lettre d'un ancien pilote ayant volé avec mon père dans les années 70 à Colmar sur Mirage III E. Je me suis toujours dit qu'un jour cela se produirait mais bon c'était surtout dans mes rêves. j'aimerais retrouver d'anciens pilotes l'ayant connu afin de se réunir et passer un moment ensemble pour me permettre de connaitre des gens qui ont partagé sa passion, qui ont ri avec lui et vécu des moments forts. Il est mort en Juin et moi née en Septembre 1974. nous avons déménagé dans le sud de la France ma mère et moi et de ce fait je n'ai aucun lien avec ses anciens "pots" D'armes. Il n'a pas été oublié et ca me remplit le coeur car pour moi, même sans le connaitre, je pense à lui chaque jour de ma vie.
    merci marie pierre CANO

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. chere marie
      beaucoup d emotion en lisant l article s
      sur ton papa.Il a du et doit te manquer.
      Tu doit en etre fiere
      Je t embrasse ainsi que les garcons
      Nounou

      Supprimer
  4. je suis tombé par hazard sur ce blog et je tenais à vous exprimer mes meilleurs sentiments.
    j'ai été incorporé dans cet escadron comme "Appelé" 18 mois inoubliables de août 1964 à janvier 1966
    j'ai participé à la prise en charge des 25 Mirages à la base de Mont de Marsan début 1965.
    de retour à colmar j'ai aidé à peindre le cavalier sur la dérive (stylisé bien sur).j'ai gardé mes écussons du 2/13 et quelques photos (en noir et blanc) de l'époque. je ne suis pas pilote mais j'en ai connu d'excélents.en 1964 l'escadron revenait d'Algérie
    jcbord@aol.com

    RépondreSupprimer
  5. Le hasard m'a fait découvrir ce site et je suis particulièrement sensible à votre initiative concernant ce pilote disparu.
    Mon frère et son camarade, pilotes au 1/13, se sont tués en juillet 1980. En "escaladant le bleu brûlant du vaste ciel, ils ont survolé les cimes battues par les vents et sous la coupole Sainte de l'espace infini, tendant la main, ils ont touché la face de Dieu".
    Je rends un profond hommage à ces pilotes disparus et encore merci pour eux Henri.

    RépondreSupprimer
  6. C'est en cherchant un film "la sentinelle du matin " sur le Net, que je découvre ce blog.Que de souvenirs me reviennent en mémoire.Triste année que cette année la.
    J'étais pilote à l'EC 2/13 de 1970 à 1975 et j'ai bien connu Jean Pierre ; c'est le premier à m'avoir donné ce surnom que j'ai gardé presque quarante ans "Pépé".
    Sur la photo de groupe ou d'autres sont aujourd'hui disparus, je suis dans le poste de pilotage .
    A bientôt mon ami

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. salut pépé ,je t'ai reconnu , que de souvenirs

      Supprimer
  7. Merci Pépé pour ces commentaires. Marie, la fille de Jean-Pierre, serait heureuse d'entrer en contact avec toi. Voici mon adresse : spa83@orange.fr

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Marie,
      Ce serait un plaisir pour moi que de faire votre connaissance et répondre à vos questions

      Supprimer
  8. bonjour a tous et toutes
    j'étais jeune sergent mecanicien au 2/13 ALPES et ce matin funeste j'etais en charge de preparer l'avion de jean pierre ainsi qu'assurer son depart.
    je l'ai "brelé sur son siege, derniere plaisanterie et fermé sa verriere, assurer le depart, un dernier signe le pouce levé , je regarde le decollage de sa patrouille.
    quelques minutes plus tard c'est la stupefaction et le chagrin , jean pierre ne reviendra plus.
    j'ai été un de ses compagnons a avoir l'honneur de le porter a sa derniere demeure dans ce petit cimetière provençal baigné de soleil et de ciel bleu ce jour là.
    notre douleur et celle de ses proches et dde son épouse qui portait un bébé qu'il ne connaitrait jamais.
    j'ai souvent pensé a ce qu'etait devenu ce bébé et maintenant je sais que c'est une petite marie pierre qu'il aurait tenu dans ses bras !
    ma carriere de mecanicien navigant m"a fait rencontrer et voler avec son equipier de ce jour qui a eu la vie sauve en s'éjectant , il est devenu pilote de transport et durant notre vol nous avons parlé de ce jour et eu une grosse pensée pour jean pierre.
    j'habitemaintenant dans le sud et quand je prend l'autoroute vers salon je ne peux m'empecher de penser a lui.

    RépondreSupprimer
  9. Bonjour,
    je travaillais à l'époque au Mess des Sous-Officiers, le gérant et ses sous-officiers prenaient leur repas dans la petite salle PN, dont Madame Reungoat chouchoutait ses "clients". J'ai gardé comme souvenir de Jean-Pierre Cano, celui d'un pilote modeste accessible pour les rampants. C'était l'époque où, il y avait encore pas mal de Sous-officiers Pilotes (environ une trentaine), comme "Béru" ( Adc Galloyer), "Choucroute" (Adj Bohn), Festinesi, Pavageot, Bartholomé, Doschler, Marnet Cornus, Reverseau, Fourty, Scherrer, Gremillet Yvon, Dudret, Weber, Robin, Houben, Saint Lanne, Fosses, Landriu.... et d'autres dont certains nous ont quittés brutalement. 40 ans après, nous ne les oublions pas, et chacun à sa manière nous perpétuons leur souvenir qui reste vif dans nos coeur et mémoire.
    Que les anciens que j'aurai oubliés de citer, veuillent bien m'excuser.

    RépondreSupprimer
  10. Bonsoir,
    Je suis Pierre Festinesi, et j'étais pilote en même temps que Jean Pierre au 2/13 "Alpes"..
    J'ai décollé juste avant lui à destination de Cazaux, et n'ai appris son sort tragique que quelques heures plus tard, lorsque mon épouse ayant réussi à me joindre par téléphone, folle d'inquiétude car l'accident ayant été transmis sur les radios, elle avait appris que j'étais en vol au même moment...
    c'est avec beaucoup d'émotions que je découvre ce blog, et mesure si besoin était à quel point la vie exaltante que nous avions choisis était dangereuse et pleine de risques...mais nous avions la trentaine, l'âge ou l'on se sent invulnérable..!
    Votre père était apprécié de tous , et sa disparition a été ressentie avec beaucoup de tristesse.
    Nous étions conscients de ces risques, et nous les acceptions.
    Je vous embrasse,
    Pierre Festinesi

    RépondreSupprimer
  11. Bonjour,
    depuis la BAO 132 "Commandant Pépin" a fait place au Quartier Dio du 1er R.M.T. Pour ne pas perdre notre patrimoine aéronautique, j'ai recensé les stèles existantes, dont celle des 25 ans du 2/13.
    Elles sont visibles sur le site :
    http://www.aerosteles.net
    De même, une stèle honore la mémoire des Cne Daubé et Ltt Pélissier, eux du 1/13, à Gibeaumeix en Meurthe-et-Moselle.
    Cordialement.

    RépondreSupprimer